Stress et maternité

Stress-et-accouchement

 

Stress et maternité vont souvent de pair lorsque l’on attend un premier enfant. Les raisons diffèrent selon les futures mamans.

Stress et maternité : Pourquoi ?

Certaines femmes enceintes ont eu des difficultés à le devenir et sont donc anxieuses dans leur maternité et redoutent l’accouchement. D’autres ne ressentent pas forcément de la joie et ont peur de l’inconnu et de la douleur. Enfin, pour un petit nombre d’entre elles, leur stress ne provient pas de leur maternité mais de leur travail et parfois de  la charge mentale . En effet, il arrive qu’elles n’aient pas pu consacrer du temps pour penser à elles, à leur bébé. 

Un dernier facteur de stress, en cette période de déconfinement, c’est la présence invisible du coronavirus. Il rajoute du stress à la maternité : peur pour soi, le bébé, le conjoint…ambiance extérieure tendue, manque de relations sociales affectives.

La sophrologie va être l’occasion pour créer une bulle de sérénité avec soi et son bébé. Dès lors, vous allez vous faire un cadeau ainsi qu’à votre bébé. Agir sur son stress, c’est se mettre en action. De ce fait, la sophrologie vous offre des outils pour agir au niveau de vos émotions, de vos pensées, de la respiration et de la douleur.

 

Stress et maternité : les risques pour le bébé ?

Les émotions passagères telles que la tristesse, la peur, des petites angoisses, ne sont pas négatives pour le bébé. Par contre, tel n’est pas le cas si le stress s’installe au quotidien, s’il devient chronique. Le corps sécrète alors continuellement des hormones supplémentaires de stress qui peuvent être néfastes pour le foetus. Cela peut concerner une situation de deuil, de chômage, de problèmes conjugaux… Le foetus peut aussi être sensible au stress de la maman, surtout entre le 1er et le 3ème mois.

Sophrologie et accouchement

La sophrologie aide les futures mamans à s’impliquer d’une manière dynamique pour accoucher sereinement. Ainsi, en pratiquant régulièrement, elles apprenent à :

  • Relâcher leurs tensions et se détendre rapidement  par un travail sur le souffle et le corps. La détente et la connexion à ses sensations corporelles intérieures, créent un sentiment d’unité avec leur bébé
  • Travailler toutes les techniques de respiration entre le déclenchement des contractions à l’accouchement.
  •  Accepter les modifications corporelles liées à la grossesse
  • Visualiser de façon positive certaines situations à vivre avant l’accouchement (attente avant d’aller à la maternité, le départ pour la maternité, le travail d’accouchement, la poussée, et le retour à la maison avec son bébé)
  • Utiliser des techniques de gestion du stress et de la douleur en salle d’accouchement

Toute cette préparation se fait en état de conscience modifiée, entre veille et sommeil. La future maman parvient vite à se remettre seule dans cet état et à travailler la visualisation en autonomie. Elle est un outil précieux pour se préparer à accoucher sereinement. En effet le cerveau ne fait pas la différence entre l’accouchement visualisé dans un état de calme et la réalité du jour J. 

Ainsi, après un entraînement régulier, le cerveau aura l’impression de connaître certaines situations visualisées mais dorénavant il les vivra (les contractions chez soi, à l’hôpital) . 

La sophrologie peut se pratiquer à partir du 4ème mois de grossesse ou bien quelques mois voir un mois avant l’accouchement.

article par Bérengère de Traversay 2020