Design & Référencement : WEB & SEO STUDIO Agence web et référencement à Paris

Apprendre à mieux communiquer avec ses enfants avec la CNV

Apprendre à mieux communiquer avec ses enfants vous semble réservé aux parents zen ? Vous considérez que vous n’avez pas le mode d’emploi pour contrôler vos émotions ou relativiser ?  Selon vous, cela vous serait bien utile car vos relations familiales sont souvent conflictuelles. Trop souvent stressés par le travail et la charge mentale,  il arrive certains soirs que vous ne supportiez plus les jérémiades et les disputes de vos enfants. Vous finissez par douter d’être un bon parent. Le sentiment d’attachement et de sécurité de votre enfant est fragilisé. Existe-t-il un autre moyen de communiquer à part  les cris, les « tu »accusateurs, la colère ?

apprendre à mieux communiquer avec ses enfants

Apprendre à mieux communiquer avec ses enfants avec la CNV

Apprendre à mieux communiquer avec ses enfants avec la CNV ( méthode de Communication Non Violente) permet favorise le respect mutuel et la responsabilité. Souvent par souci d’être un bon parent, vous cédez à toutes leurs frustrations et ceux-ci n’ont pas de limites clairement établies. Parce que la CNV nécessite un apprentissage et une remise en question, elle est un choix et un pas vers plus de liberté par rapport à ses jugements et ses croyances. Elle pose un cadre positif.

Moins lutter avec ses enfants tout en les éduquant grâce à la CNV

Marshall Rosenberg a élaboré la CNV dans les années  60. Son but était de créer entre les êtres humains des relations basées sur l’écoute, l’empathie. La CNV vise à repérer ce qui, dans notre manière de penser et de communiquer, génère des conflits. Elle prend en compte les besoins de chaque être. Ainsi, dans la relation à l’enfant, elle favorise l’estime de lui-même dans une relation respectueuse. Elle comprend 4 étapes :

  • Décrire la situation, les faits, sans juger, sans interpréter
  •  Exprimer ses sentiments et attitudes suscités dans cette situation en employant le « je » et non le « tu » accusateur. Les enfants n’ont pas conscience de mal agir, ils ne mesurent pas l’impact de leurs actions sur leurs parents
  • Identifier et exprimer ses besoins. Derrière une émotion se cache un besoin non satisfait. Les jugements que nous portons sur notre enfant sont une une projection de nos propres désirs ou de nos peurs.
  • Faire une demande respectant les critères suivants : réalisable, concrète, précise et formulée positivement. Si cela est possible, que l’action soit faisable dans l’instant présent.

Pour l’enfant comme pour le parent, mettre des mots sur ses émotions et ses besoins n’est pas toujours aisé. Manque de vocabulaire lorsque l’on est trop jeune et nécessité pour l’adulte de prendre du recul sur ses émotions pour ne pas céder à la colère. Désir de ne plus jouer à être parent, d’aller vers plus d’authenticité.  Le parent va devoir accueillir avec bienveillance les émotions de son enfant en l’aidant à les verbaliser.

 Apprendre à mieux communiquer avec ses enfants avec la sophrologie

Quelques séances de sophrologie en cabinet vont permettre, aussi bien pour les parents que pour les  enfants, de rendre conscient le lien entre le ressenti corporel et le mental.  Ceci se fera de manière ludique à travers des exercices basés sur la respiration alliés à des mouvements. Pour les parents, des séances individuelles peuvent permettre d’apprendre la visualisation pour mieux contrôler son comportement et ses émotions en cas de crise.